|

Quand la rencontre interculturelle se mêle à la découverte de l’agriculture en milieu tropical : retour sur le projet REVA

Il aura fallu trois ans pour mettre en oeuvre le projet qui sera nommé REVA (Réseau d’Echanges et de Volontariat Agricole). Depuis 2019, le Service Civil International Branche Française travaille étroitement avec l’association Peupl’en Harmonie dans le montage de ce projet innovant.

Reporté à plusieurs reprises en 2020 en raison de la crise sanitaire, ce projet aurait pu ne jamais voir le jour. Pourtant, c’est au terme de nombreux ajustements que les 8 jeunes volontaires européens se sont rendus en Guyane Française en mai 2021. Sur place, une rencontre interculturelle unique avec de jeunes Guyanais engagés dans le même projet. Ensemble, ils ont travaillé et découvert l’agriculture durable en milieu tropical.

Les préparatifs du projet

La préparation de ce projet solidaire n’a pas été de tout repos. Premièrement, les différents confinements ne permettaient pas d’avoir de visibilité et compliquaient les échanges avec les partenaires locaux. Ensuite, la saison des pluies, qui limite la période pendant laquelle peut se dérouler un tel projet. Enfin, le variant brésilien du Covid-19 commençait à faire la une dans l’actualité quelques jours avant l’arrivée des volontaires internationaux. Après de nombreux reports, nous avons finalement fait le choix de maintenir les dates. Le projet s’est donc déroulé du 29 avril au 6 juin 2021.

Une rencontre interculturelle unique

Dès leur arrivée, les volontaires ont tout d’abord passé trois jours ensemble non loin de Cayenne. Ils se sont ensuite répartis en binômes afin de passer les 5 semaines suivantes en immersion totale dans différentes familles agricoles réparties sur le territoire guyanais.

Cette immersion s’est déroulée à Montsinéry, à Saint-Laurent et Mana. Les activités agricoles étaient très diverses, allant de l’élevage de chevaux, à la plantation de manioc ou encore à la transformation de cacao. Nous avons travaillé avec ces partenaires parce qu’ils poursuivent un but commun : la production durable.

Bien que ce projet soit axé sur l’agriculture, les échanges interculturels riches entre les européen.nes, les guyanais.es, et les familles d’accueil ne sont évidemment pas à oublier !

Découverte de la Guyane Française

Relayé sur la chaîné télévisée Guyane Première, cette aventure a été un franc succès et a bénéficié à tous et toutes. Les volontaires ont découvert l’agriculture en milieu tropical et les familles d’accueil ont été aidées dans leur quotidien.

Reportage sur Guyane Première

Les diverses découvertes ont suscité de nombreuses discussions autour des rapports interculturels. Cette participation au projet a donné l’opportunité aux volontaires de découvrir les spécificités de la Guynae Française, peuplée de nombreuses ethnies, et d’ouvrir des perspectives d’avenir enrichissantes.

Pendant que les volontaires européen s’émerveillaient de la richesse de la nature, les volontaires guyanais ont eu l’occasion de se plonger dans une autre réalité de leur territoire. Les cultures étaient au contact de la nature.

Du côté des familles, le fait d’accueillir des volontaires internationaux chez soi était une expérience nouvelle pour certaines. Alors que pour d’autres, elles avaient déjà l’habitude d’accueillir des volontaires en WWOOFing, par exemple.

Au fond, on retiendra de ce projet que l’aide apportée par les volontaires est extrêmement précieuse. Le partage de savoirs aura été instructif pour toutes les parties engagées. Sans nul doute, ce projet se poursuivra les prochaines années pour permettre à tous de cultiver son jardin.

Intervention de Céline Laporte, directrice de Peupl’en Harmonie au Journal Télévisé

A lire également