Une volontaire femme est accroupi au sol. Le sol est en reconstruction et elle semble le réparer avec des outils. On aperçoit un paysage Suisse par la fenêtre très vert avec beaucoup de sapin et quelques maisons.
Souvenirs de volontaire

Iryna volontaire en Suisse : « Le travail, c’est l’amour en action »

Il y a deux ans, j’étais assise dans un immense bureau en open-space très bruyant et ma vie avançait sans aucun sens ; je ne savais pas quel temps il faisait à l’extérieur du bureau ni en moi. Je travaillais comme responsable des ressources humaines dans une société informatique : bien payée, mais cela me laissait vide et insatisfaite. C’était un travail robotique dans une entreprise seulement motivée par l’argent qui m’a complètement épuisé.

J’ai complètement oublié qui j’étais et pour quoi je vivais.

L’idée de déménager dans un éco-village suisse est venue de nulle part – un ami m’a envoyé un lien vers le SVE d’un an à Herzfeld Sennrüti pour essayer de m’aider à trouver ma voie dans la vie (un changement était évidemment nécessaire quand on voyait mon regard vide et mon manque d’enthousiasme).

J’avais toujours été intéressée par la spiritualité et les questions écologiques. L’idée de passer un an dans un nouveau pays, dans un espace sûr et à dimension humaine, à travailler à la fois à l’extérieur et avec mes mains, m’a semblé être une bouée de sauvetage pour sortir de ma situation actuelle.

Et c’est ce que j’ai fait : J’ai rédigé un CV et une lettre de motivation, j’ai croisé les doigts et peu après, j’ai reçu une invitation à venir en Suisse pour commencer une année à Herzfeld Sennrüti.

La première tâche qui m’a été assignée en arrivant a été de prendre soin de moi. Personne ne peut apporter de la valeur à un endroit sans se connecter à soi. C’était une philosophie de vie complètement nouvelle pour moi et l’idée la plus puissante que j’ai mise en œuvre dans ma vie depuis que je suis ici.

Nous commençons également chaque jour par des cercles de parole matinaux, ce qui m’aide à faire le point sur mes sentiments et à me connecter avec les personnes avec lesquelles je travaillerai ce jour-là.

Nous sommes invités à choisir un travail où nous nous sentons bien plutôt que d’être poussés à faire quoi que ce soit. Cela permet de vivre en accord avec le mantra de la communauté « Le travail, c’est l’amour en action« , et c’est quelque chose que j’ai l’intention d’emporter avec moi à mon départ.

Auparavant, dans ma vie, il n’était pas question de développement personnel, de bien-être et d’amour de soi.

Je suis sûr que je ne reviendrai pas à la vie « normale », matérielle, que je menais auparavant ; les expériences que je fais ici sont trop importantes pour être jetées à la poubelle. Lorsque je rentrerai chez moi, je veux emporter avec moi le sentiment Herzfeld Sennrüti.

Pour moi, cela signifie de garder à cœur l’humain avant tout : commencer par m’aimer moi-même pour trouver la paix intérieure, et à partir de là, être capable de se connecter avec les autres en venant du cœur.

Iryna volontaire en Suisse

A lire également